Skip to content

Tous les séminaires

SEMINAIRE DE RECHERCHE DE L'INSEE
 
mardi 28 janvier 2014, 10h-12h30

Réglementation et financements publics
affectant les entreprises

Insee, 6 rue Legrand, Malakoff,
salle 1245

Président de séance : Louis de Gimel (Insee)

Upstream product market regulations, ICT, R&D and productivity
par Jacques Mairesse (Crest), Gilbert Cette (Banque de France), Jimmy Lopez (Banque de France)
Discutant : Giuseppe Nicoletti (OECD)

La participation aux pôles de compétitivité : quelle incidence sur les dépenses de R&D et l’activité des PME et ETI ?
par Christophe Bellego (DGCIS) et Vincent Dortet-Bernardet (Insee)
Discutant : Gilbert Cette (Banque de France)

Should the Government Make It Safe to Start a Business? Evidence From a French Reform
par Johan Hombert (HEC), Antoinette Schoar (Harvard), David Sraer (Princeton) et David Thesmar (HEC)
Discutant : Jacques Mairesse (Crest)

Pour assister ce séminaire,
merci de bien vouloir vous inscrire à seminaire-recherche
@ensae.fr

Prochaine séance : mars 2014
« Expériences du Fonds d’expérimentation pour la jeunesse ».

Répartition du temps : 30 mn par présentation, 10 mn par discussion, entre 15 et 30 mn de questions de la salle

Upstream product market regulations, ICT, R&D and productivity :

Our study aims at assessing the actual importance of the two main channels usually contemplated in the literature through which upstream sector anticompetitive regulations may impact productivity growth: business investments in R&D and in ICT. We thus estimate what are the specific impacts of these two channels and their shares in total impact as against alternative channels of investments in other forms of intangible capital we cannot explicitly consider for lack of appropriate data such as improvements in skills, management and organization. For this, we specify an extended production function relating productivity explicitly to R&D and ICT capital as well as to upstream regulations, and two factor demand functions relating R&D and ICT capital to upstream regulations. These relations are estimated on the basis of an unbalanced panel of 15 OECD countries and 13 industries over the period 1987-2007. Our estimates confirm the results of previous similar studies finding that the impact of upstream regulations on total factor productivity can be sizeable, and they provide evidence that a good part of the total impact, though not a predominant one, goes through both investments in ICT and R&D, and particularly the latter.

La participation aux pôles de compétitivité : quelle incidence sur les dépenses de R&D et l’activité des PME et ETI ?

Lancée en 2004, la politique de cluster des pôles de compétitivité a eu pour but de développer des réseaux comprenant des entreprises et des organismes de recherche et de formation. De plus, en participant aux pôles certaines entreprises ont pu obtenir des subventions pour financer des projets collaboratifs de R&D. Cette étude analyse les effets de la participation aux pôles sur l’activité des entreprises. L’évaluation est réalisée en appariant des entreprises des pôles à des entreprises semblables restées hors du dispositif. Cette technique ne permet pas de calculer un effet pour l’ensemble des entreprises mais seulement sur un champ spécifique : les PME et ETI qui font moins de 16 millions d'euros de R&D par an, qui ont au moins deux ans d’existence et qui faisaient de la R&D avant de participer à un pôle.

Nos résultats montrent que, suite à leur participation aux pôles de compétitivité, ces PME et ces ETI auraient augmenté leurs dépenses de R&D. Si elles n'ont pas toutes participé à un projet subventionné, elles auraient en moyenne reçu plus de subventions (issues, ou non, de la politique des pôles) que les entreprises restées hors des pôles. Ces entreprises auraient aussi bénéficié de montants de Crédit d'Impôt Recherche (CIR) plus élevés mais au total l'évolution des dépenses de R&D ne semble pas correspondre à un effet d'aubaine : les dépenses financées par des subventions ou par le CIR ne se seraient pas substituées aux dépenses privées de R&D (hors CIR). L’effet semble être additif, mais non d’entraînement : ces dépenses privées financées en propre n’auraient pas non plus augmenté significativement. La hausse des dépenses totales de R&D se serait traduite par une augmentation des investissements et de l'emploi consacré à la R&D. Par contre, les effets sur le chiffre d’affaires et sur le nombre de dépôts de brevets ne sont pas significatifs à court terme. Si la participation aux pôles semble bien avoir un impact positif sur les dépenses de R&D, il n'a pas été possible de distinguer précisément cet effet du rôle joué par le CIR qui a fortement diminué le coût de la R&D sur la fin de la période étudiée.

Should the Government Make It Safe to Start a Business? Evidence From a French Reform

How harmful are barriers to entry into entrepreneurship? Using a large scaleFrench reform that aimed to facilitate small business creation for unemployed, weinvestigate how the pool of entrepreneurs is affected when the cost of entry decreases. We find that new firms started through the reform are on average smaller but not of worse quality than other start-ups, ex post. In particular, they are not more likely to fail or less likely to hire. The reform's evaluation is consistent with creative destruction effects. By increasing the size of the pool of small start-ups, which eventually grow and hire, the reform creates jobs. At the same time, the analysis reveals large crowding out effects: Employment in incumbent firms decreases by an order of magnitude similar to the number of jobs created in new firms.